peintures
dessins
L'ARTISTE
L'ARTISTE (eng)
 
galeries & expositions
Bibliographie
 
contact
TEMOIGNAGES
liens
:. L'ARTISTE
Christiane Collin vit et peint à Lourmarin (Luberon).

Christiane Collin

Ses corps d’univers, et ses demeures de fragilité

 

«  Un corps unique, désert et déchiqueté comme des traces de chair, s’arrache aux désastres du néant. Chaque corps est un abîme. Chaque corps est une immensité. Une île de fragilité.

Proximité crue de la béance… Le corps n’étreint pas l’univers. Il s’arrime aux creux violents des tombeaux intimes. Christiane Collin creuse à vif, en sidérante sensibilité, l’impossible acceptation de la finitude. Elle ose faire remède à l’aliénation identitaire, et ses armes, subtiles passerelles d’incertitude, sont plurielles. On voit des êtres de poussières, des somptuosités charnelles, de nocturnes coulées, des cicatrices de matière, et d’insondables masses diffuses, insondables et sans limites.

L’innombrable obscurité envoûte ces apparences de peau prises dans l’étau de l’impensable. Des lumières passent. De tragiques silhouettes, éphémères comme des plaies, hétérogènes comme des illusions, ensemencent le vide. Entre apparition et disparition, dévastés et indestructibles, les surgissements souterrains de Christiane Collin, majestueuse destructrice d’images, sont de saisissants corps-univers.

Le vide aurait pu faire naître ces cicatrices vitales, ces abandons sans assise, ces calligraphies de destin abandonné… On dirait des blessures d’opacité. La brutalité des couleurs, comme le sang, s’est retirée. La peau, la nuit et l’étendue s’étreignent. Il n’y a pas d’horizon, sinon l’infini de nos corps. Il n’y a pas de limite à la fragilité, pas de socle, pas d’appui, pas de contrainte. L’art de Christiane Collin fait demeure éprouvante aux feux follets de l’existence, aux veines secrètes de sa vie profonde. D’une fluidité nuageuse et gestuelle, elle libère les enveloppes charnelles qui s’agitent au fond des espaces du dedans. Au bord de nos brûlures vitales.

Des flaques d’existence s’abandonnent à l’absence des surfaces. Elles flottent en pure peinture, fluides, libres, sauvages. La tache allusive caresse l’espace d’une écriture de fantôme.

Parfois les êtres s’approchent d’eux-mêmes. Indestructibles et précaires, ils ont traversé les désastres. La lumière les a détruits comme elle les a construits. La création, comme la lumière, arrache à la mort-vie des lambeaux d’être."

Christian Noorbergen

 

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections privées françaises et à l’étranger : ( Paris- Toulouse-Lyon –Marseille-Suisse- New-York-USA) Musée Jean Cocteau à Milan ( Italie )

Elle participe à de nombreux salons : Salon d'automne- Paris, Salon d'automne-Chamalières, Salon d'art -Toulon, Art Forum-Montreux en Suisse, Artenim-Grenoble, ArtMetz-metz, rencontre des toiles-Menerbes, Salon des peintres-Saint-Tropez

Prix de la ville à Art-Cité-Fontenay-sous-Bois en 2010